30/06/2007

Les oiseaux des rues parisiennes

Utilisation des rues parisiennes par les oiseaux en période de nidification.

F.Malher 2004

29ème C.F.O. (poster, non publié)

Présentation de la méthode (transect dans les rues, 21 tronçons regroupés en 5 secteurs).

Présentation des résultats de 2 ans de résultats (2003-2004) :

-30 espèces observées dont 18 régulières

-sous-représentation des oiseaux nichant au sol ou dans les buissons

-plus grande richesse spécifique mais pas plus grande densité dans les secteurs périphériques (certaines espèces évitent le centre de Paris)

-effet positif de la présence des buissons et des arbres, surtout s'ils sont âgés

-effet négatif de la densité du b^patis et d ela circulation automobile

18:29 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/06/2007

Leuciques ou albinos ?

Le leucisme : des oiseaux qui se déguisent.

Malher F. 2004

L'Oiseau-Magazine n°76 : 46-55

Grâce aux nombreux internautes qui m'ont transmis leurs observations et à la bibliographie (malheureusement non publiée dans l'article), j'ai rassemblé une abondante liste d'observations d'oiseaux leuciques (au sens large) en France.

L'étude de la fréquence du phénomène donne des idées sur les différences selon les milieux et les espèces, mais aussi les différences avec le Royaume-Uni.

effraie_4 red

(photo F.Grunert)

cliquer pour agrandir

 

 

 

Les différentes causes du leucisme sont analysées, principalement génétiques (récessives ou liées au sexe), mais aussi alimentaires et à cause de l'âge.

foulque-ok

(photo J Dos Santos)

cliquer pour agrandir

Le comportement des oiseaux leuciques et surtout des "normaux" face aux leuciques est plus varié que l'on pouvait le penser : indifférence ou rejet plus ou moins brutal, parfois la reproduction est possible, plusieurs cas sont décrits.

Le problème de la longévité des oiseaux leuciques est ensuite abordé : est-il vrai que les leuciques ont une espérance de vie spécialement courte ? La réponse dépend des espèces !  

 

19:37 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

23/06/2007

 Des nids à roulettes...ou à hélice !

  Les nids baladeurs

Malher F. (2002 )

Aves 39 (3/4) : 199-202

J'ai relevé dans la bibliographie et surtout dans des témoignages sur les listes de diffusion sur Internet 21 cas de nids construits sur des supports mobiles, soit sans changer de lieu (grue, téléphérique), soit - plus souvent - en changeant de lieu, parfois sur de grandes distances (véhicules automobiles, bateau).

Les hirondelles (5 espèces) et le rougequeue noir semblent les plus attirés par le voyage....Le record est détenu par une hirondelle qui a niché sur un bateau entre le Danemark et...l'Islande !

12:13 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22/06/2007

Les Corneilles "à bandes blanches"

Les corneilles "bigarrées" Corvus corone en Europe

Malher F. 2003

Alauda 71(3) : 317-323

présenté au 28è CFO de Namur (Belgique) et résumé dans Aves 42(1-2) :184-185

Parmi d'autres types de leucisme, on trouve chez les corneilles une forme assez particulière : des zones blanches, surtout sur les rémiges et les rectrices, symétriques, qui prennent l'aspect de bandes alaires chez les immatures.

Corneille leucique 2 Londres fev07 red et retaillée

Grâce à la bibliographie et surtout aux listes ee diffusion sur Internet, j'ai rassemblé de nombreux cas en Europe du N-ouset et en Amérique du Nord.

Ces zones claires apparaissent dans le même ordre que la croissance des plumes après la mue. De plus elles sont souvent associées à des "barres de faim" ("hunger traces"). Enfin, ces zones disparaissent après la mue si on nourrit correctement les oiseaux. Il s'agit donc d'une carence alimentaire et non d'un meucisme génétique.

Corneille gordini rémiges hunger-bar2 red

(cliquer pour agrandir)

Je propose une cause possible : le blé (et donc le pain) contient beaucoup moins de lysine (un acide aminé indispensable) que la viande et cette carence produit des zones blanches chez des poussins artificiellement carencés. Il est donc hautement probable que ces corneilles "bigarrées" paient leur changement d'habitude alimentaire qui leur fait préférer le pain donné "généreusement" par des humains à la viande difficilement trouvée en capturant des proies...

10:14 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

19/06/2007

 L'Hirondelle de rivage niche en site "très artificiel"

Adaptation de l'Hirondelle de rivage Riparia riparia à des sites "très artificiels"

Malher Frédéric 2003

Alauda 71(2) : 243-252 

 

A la suite de la découverte d'un couple d'Hirondelle de rivage nicheur dans lres palplanches métalliques du bord du canal de l'Ourcq à Bobigny (93), j'ai fait le point des connaissances historiques et géographiques sur ce phénomène en Europe de l'Ouest.

colonie Ourcq

colonie Ourcq bisJ'ai séparé ces sites "très artificiels" à support solides des sites "artificiels" à support meuble (en gravières ou dans des tas divers ) ou "naturels" (en bord de rivières).

Le premier site connu remonte au 18ème siècle au Royaume - Uni (White 1774), et il ne semble pas y avoir eu de développement net au cours du temps. Le phénomène reste rare même s'il est répandu géographiquement. Certaines colonies ont une longévité surprenante (plus de 50 ans pur certaines).

Les effectifs sont en général faibles, surtout si on les comprae aux colonies "naturelles" ou "artificielles" qui dépassent souvent la centaine de couples. Quelques colonies seulement dépassent les 30 couples.

La question est posée de savoir s'il s'agit d'une adaptation, génétique ou comportementale, à un problème de disparition des sites naturels, ou à une "culture" de nidification différente qui ne se développe pas nettement car elle ne présente pas d'avantage adaptatif très net....

S'inscrivant dans le questionnement de cet article, M.Fasol écrit en 2007 un article faisant le point sur la situation en Wallonie, à propos d'une colonie de plus de 30 couples creusée dans les joints en ciment meuble d'un chateau de l'Ardenne belge:

Fasol, M. 2007: Cas d'adaptation de l'Hirondelle de rivage (Riparia riparia). Une colonie s'installe dans une tour du chateau de La Roche-en-Ardenne.

Aves 44/1 : 13-25

20:40 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/06/2007

Les Hirondelles de fenêtre de la Villette (75019)

Paramètres météorologiques et succès reproductif d’une colonie d’Hirondelles de Fenêtre (Delichon urbica) à Paris. 

Malher F. 2003

Fichiers de la liste "Martinets-Hirondelles" : http://fr.groups.yahoo.com/group/martinets-hirondelles/fi...Les 2 côtés de la Grande Halle de la Villette suivent une évolution très différe,te depuis plusieurs années : le côté Ouest possède plus de nids que l'Est mais le nombre de couples diminue à l'ouest et augmente à l'est. Nous suggérons que les conditions météorologiques y soient pour quelque chose. Lezs nids situés à l'ouest seraient très sensibles aux fortes chaleurs à cause du toit en zinc. Une période de plus de 3 jours avec des maxima supérieurs à 30° porvoquerait une forte mortalité chez les poussins.  Suivi de la colonie d’Hirondelle de fenêtre (Delichon urbica) de la Grande Halle de la Villette (Paris 19ème) en 1999-2000      Malher F. 2003

Le Passer 40(1) : 38-45

 

 Bilan des 3 années de la colonie de la Grande Halle : augmentation progressive des effectifs (110 nids en 2000), modification de la localisation des nids, dissymétrie entre les 2 côtés de la Grande Halle    

La super-colonie d'Hirondelle de fenêtre de la Villette   en 1998

Malher F. 1998

http://ourworld.compuserve.com/homepages/fredmalher/page3.html Les travaux hivernaux sur la Grande Halle a mené à la destruction de presque tous les nids (55 couples en 1997). La reconstitution de la colonie a été suivie pendant la saison 98.Le bilan est très positif :Cité des Sciences(qui n'avait pas été touchée): 28 couples (35 nids)Grande Halle: 79 couples (87 nids)Le calendrier et la localisation des constructions sont détaillés

17/06/2007

 Ma période algérienne (1977-1983)

Les noms de mammifères sauvages en Algérie

Malher Frédéric 1983

polycopié USTHB Alger

Ca ne parle pas d'oiseaux, mais tant pis....

J'ai recueilli dans la bibliographie et surtout par interview, les noms dans les divers dialectes arabes et berbères algériens des espèces de mammifères sauvages. J'y ai joint quelques précisions sur le statut des espèces en Algérie, ce qui a valu à ce travail que je croyais oublié d'être cité dans un rapport algérien sur le Guêpard en 2006 !

 

Les Tourterelles en Algérie

Malher Frédéric 1982

9ème Colloque francophone d'Ornithologie. Paris (non publié)

A l'époque 2 espèces de Tourterelles occupaient l'Algérie : la Tourterelle des bois et la T. maillée.

La T. des bois occupe le nord (au sens large) où elle est migratrice. Au Sahara, une population sédentaire occupe les oasis du Hoggar et du Tassili n'Ajjer. La nouveauté est l'existence d'une population sédentaire au Touat et Gourara (Adrar, Timimoun). Le seul exemplaire trouvé mort avait une longueur d'aile nettement moins grande que les sous-espèces classiques : sélection génétique d'une population sédentaire.

La T.maillée, qui était classiquement limitée aux oasis du centre et de l'est du pays (jusqu'à Gardaïa, El Goléa et Bou Saada) s'est en fait étendue vers l'ouest (présence dans la Saoura et le Gourara) et vers le Nord (Alger !).

Ces expansions étaient replacées dans le cadre de l'expansion de nombreuses espèces de Tourterelles, en Afrique ou en Europe (avec la T.turque, qui, depuis, s'est établie aussi en Algérie)

 

Mise à jour de l'avifaune algérienne

Ledant J-P, J-P. Jacob, P. Jacobs, F.Malher, B.Ochando & J.Roché 1981

Gerfaut 71 : 295-398

 

La dernière publication globale sur l'Algérie datait de 1940.

Nous avons rassemblé de nombreuses observations dispersées dans la biblio ou restées dans les carnets de note de divers ornithos et nos propres observations pour faire évoluer de manière considérable le statut de nombreuses espèces.

La publication "à jour" est maintenant "Oiseaux d'Algérie" de P.Isenmann et A. Moali en 2000.

Ebauche d'une répartition de la Pie-grièche grise en Algérie

Malher Frédéric 1979

6ème Colloque francophone d'Ornithologie. Paris (non publié)

A l'époque encore appelée Lanius excubitor, la Pie-grièche méridionale ( Lanius meridionalis ), pour lui donnner son nom actuel, compte 3 ss-espèces en Algérie (algeriensis, dodsoni et elegans). Algeriensis est très localisée dans le nord, elegans occupe les oasis avec une belle densité. Dodsoni se trouve sur les Hauts-Plateaux.Sa répartition se calque assez bien avec la présence de buissons naturels (jujubier) ou "artificiels" (paquets de fils barbelés restant de la ligne Maurice qui séparait l'Algérie du Maroc pendant la guerre de Libération).