19/06/2007

 L'Hirondelle de rivage niche en site "très artificiel"

Adaptation de l'Hirondelle de rivage Riparia riparia à des sites "très artificiels"

Malher Frédéric 2003

Alauda 71(2) : 243-252 

 

A la suite de la découverte d'un couple d'Hirondelle de rivage nicheur dans lres palplanches métalliques du bord du canal de l'Ourcq à Bobigny (93), j'ai fait le point des connaissances historiques et géographiques sur ce phénomène en Europe de l'Ouest.

colonie Ourcq

colonie Ourcq bisJ'ai séparé ces sites "très artificiels" à support solides des sites "artificiels" à support meuble (en gravières ou dans des tas divers ) ou "naturels" (en bord de rivières).

Le premier site connu remonte au 18ème siècle au Royaume - Uni (White 1774), et il ne semble pas y avoir eu de développement net au cours du temps. Le phénomène reste rare même s'il est répandu géographiquement. Certaines colonies ont une longévité surprenante (plus de 50 ans pur certaines).

Les effectifs sont en général faibles, surtout si on les comprae aux colonies "naturelles" ou "artificielles" qui dépassent souvent la centaine de couples. Quelques colonies seulement dépassent les 30 couples.

La question est posée de savoir s'il s'agit d'une adaptation, génétique ou comportementale, à un problème de disparition des sites naturels, ou à une "culture" de nidification différente qui ne se développe pas nettement car elle ne présente pas d'avantage adaptatif très net....

S'inscrivant dans le questionnement de cet article, M.Fasol écrit en 2007 un article faisant le point sur la situation en Wallonie, à propos d'une colonie de plus de 30 couples creusée dans les joints en ciment meuble d'un chateau de l'Ardenne belge:

Fasol, M. 2007: Cas d'adaptation de l'Hirondelle de rivage (Riparia riparia). Une colonie s'installe dans une tour du chateau de La Roche-en-Ardenne.

Aves 44/1 : 13-25

20:40 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.